Les chantiers navals et le port de La Seyne sur Mer (Var, France) Pour la mémoire de deux patrimoines, l’un historique, l’autre éphémère.

Christian Gerini, Université de Toulon, Laboratoire IMSIC (Toulon et Aix-Marseille) et GHDSO (Paris 11 Orsay) y David Galli, Université de Toulon, Laboratoire IMSIC (Toulon et Aix-Marseille), France.

La Seyne sur Mer, ancienne ville portuaire industrielle avec ses chantiers navals fermés dans les années 1980, finit d’achever l’effacement physique de ce patrimoine qui avait pourtant construit l’identité de cette ville depuis plus de deux siècles. En outre, depuis leur fermeture, ces lieux ont été investis par ce qui a été considéré d’abord comme du vandalisme et qui depuis s’est inscrit dans l’histoire de l’art contemporain dans un processus d’ « artification » (cf. l’origine de ce concept chez les sociologues de l’art dans les années 2000, en particulier Nathalie Heinich,) : le graffiti et les œuvres murales, désormais reconnus sous les appellations de « street art » ou « art urbain ». Ils font donc l’objet de deux effacements : l’un patrimonial lié à l’histoire d’un port et des industries qui en avaient façonné le paysage, l’autre éphémère lié aux œuvres qui, pour leur part, avaient redonné vie à ces lieux. Dans le cadre d’un travail transdisciplinaire (histoire des sciences et des techniques, histoire de l’art, anthropologie, science de l’information et de la communication, art et conservation du patrimoine) mené à partir des témoignages et des archives photographiques et écrites des acteurs des deux champs (anciens salariés des chantiers et artistes), s’est posée la question de la conservation de ces archives pour sauvegarder la mémoire de ces deux patrimoines. Nous exposons ici l’état actuel de ce travail et les premières réalisations concrètes qu’il a engendrées sur Internet (web-documentaires, bases de données, etc.) comme dans les projets de monstration concrète (expositions, événements, etc.). Un autre aspect de ce travail sera brièvement montré : quid de l’indexation multimodales des bases de données en cours d’élaboration afin de permettre leur accès pour des requêtes de chercheurs aussi bien en histoire des sciences et des techniques, de l’industrie, des villes portuaires, qu’en histoire de l’art.


Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.